20.7.10

500- Où sont passés les cadenas du pont des Arts - Paris



On connait tous les cadenas du pont des Arts. En Mai, en une nuit, ils ont pratiquement tous mystérieusement disparus (Plus de 1600), sans explication valable. On accusera la municipalité au départ qui niera toute responsabilité. La réponse du mystère sera apporté en fin Juin lors desportes ouvertes de l'Ecole des Beaux-Arts de Paris. Et effet, un étudiant en fera une sculpture (quelque peu controversée du coup) avec tous ces petits cadenas. D'après ce que l'on m'a rapporté, la raison de son geste était fondée sur une sorte de contestation de cette tradition, jugé selon lui insensé et fleur-bleue.
Pour ma part, j'ai été assez attristé par son geste, surtout par manque évident de tolérance et d'ouverture, ça m'a attriste toujours de voir tous ces cadenas brisés qui jonchent le sol, qui sont parfois conçus avec beaucoup de soin. Et d'après ce que l'on voit, ils ont été ouverts au sécateur...
[Je ne critique pas l'oeuvre qui est en soi très impressionante du fait de son histoire et de l'amour, la vie contenus dans ces petits objets mais l'acte du créateur/destructeur]
Et voici l'oeuvre dans son intégralité

Photos de Alexis Gautier.
Nouveau site perso: tonytrichanh.com

25 commentaires:

Anonyme a dit…

mais quel connard

Ginnungagap a dit…

C'est honteux.
J'espère que des gens ayant posé des cadenas sont venus lui collé une grosse baffe en travers de la poire pour lui apprendre à détruire les choses sous prétexte que lui trouve ça insensé et fleur-bleue. Ou lui couper les doigts au sécateur parce que son geste est bête et irrespectueux.

Raoul a dit…

Wow, jamais je ne me serai attendu à ça... une œuvre d'art, la surprise est quand même agréable.

Gavroche a dit…

Merci de m'avoir donné l'explication que je cherchais depuis des mois. J'ai un temps soupçonné Eric Besson pour son film "With Love From Paris", car un passage se passe sur le pont et aucun cadenas n’apparaît, mais c'est parce que le tournage du film est antérieur à la tradition des cadenas.
Concernant "l'artiste" il a fait ça uniquement pour faire le "buzz" vu que tout fonctionne comme ça maintenant... j'ai du mal à croire à son acte de contestation, mais c'est sûr ça fait plus "artiste".

lettrebleue a dit…

Acte de destruction pour un acte de contestation,
et il a eu de diplôme ce jeune homme ?
Il aurait été plus judicieux qu'il réalise cette même sculpture avec ses propres cadenas, pour créer au lieu de détruire, et que sa contestation soit prise au sérieux et non comme un acte de vandalisme et de non respect.
Et moi je peux détruire cette sculpture si je la trouve ratée ?
Le pont des arts fait partie de la vie de Paris et de tous ceux qui y passent, laissons le vivre.

Anonyme a dit…

C vraiment un con . Je suis allé 1 fois paris et j'ai trouvé ça trop kawaii ... Ps : vous croyez qu'il a le droit , ce sont des propriètés privés ces cadenas non ?

Anonyme a dit…

Ta trop raison ...

Anonyme a dit…

Quel connard !

Stella Soluna a dit…

exact....en agissant de la sorte il mériterait que son oeuvre subisse le même sort.

GuFo a dit…

je pense qu'il est irréaliste de procréer dans un monde dénué d'amour, nous devrions aller au bout du process ...
Moralité faudrait lui éclater les roustons à cet a....i .

Anonyme a dit…

Curieux ces propos:
vous parlez d'amour mais vous n'exprimez que de la haine.
A l'inverse vous êtes vous posé la question : a-ton le droit de poser un cadenas sur un monument? Allez donc voir le pont Alexandre III et ces cadenas qui défigurent les statues. Cette nouvelle tradition enlaidit d'autre oeuvres....c'est aussi un manque de respect.
Un cadenas propriété privé sur le domaine public????
Si l'amour résiste au vol des cadenas.....c'est tant mieux...Personnellement je trouve que ces cadenas symboles de l'amour me font plutôt penser à un enfermement.

emynonA a dit…

@ Anonyme:
D'accord avec ce commentaire "Curieux ces propos" qui, n'en déplaise aux "fleurs bleues agressives", est le seul faisant preuve de bon sens. Le cadenas comme symbole de l'Amour???
De toutes façons tout le monde se taira quand les villes concernées par cette mode, décadenasseront les monuments. Les plus intelligents sont les autorités moscovites, qui ont installé des arbres métalliques pour recevoir ces "ex-votos de l'Amouur".

emynonA a dit…

…J'allais oublier le principal :
Bravo pour ce blog photos ! Belles images sur notre époque (à la différence des commentaires laissés sur ce billet, qui sont une photo pas trop "Kawaii" des centres d'intérêts d'une majorité de nos contemporains).
;-)

Anonyme a dit…


Sérieusement cette "tradition" me froisse plus qu'autre chose.
Elle est l'illustration de la mondialisation. Elle est née dans les pays de l'Est de l'Europe... ça pouvait être amusant, mais la voir partout, ça frise le ridicule
Perso je trouve ça laid... et aussi irrespectueux des promeneurs et des Parisiens. Il y a 1000 autres façons d'exprimer son amour.
Et je rejoins les 2 com précédents...
Bravo a cet artiste, qui pose là une vraie question

Anonyme a dit…

Merci de m'avoir donné l'explication que je cherchais depuis des mois. J'ai un temps soupçonné Eric Besson pour son film "With Love From Paris",

T'es sérieux???

Eric Besson??

LA je suis plié en 2!!!

Anonyme a dit…

Je trouve cela très bien.

D'une part, l'oeuvre est très réussie, puisqu'elle suscite de nombreux commentaires.

D'autre part, les lieux publics ne doivent pas être dégradés de n'importe quelle façon que ce soit (tags ou cadenas).

La mairie ayant dans l'idée de retirer les cadenas des ponts historiques de Paris et de les jeter, les détracteurs de l'étudiant en art, devraient plutôt se réjouir de l'utilisation finale de ces horreurs.

Anonyme a dit…

Alors bref...

Ca fait longtemps, mais en lisant les commentaires je n'ai put m'empêcher de repondre.
Il est vrais que le fait de detruire les cadenas que ces personnes, par amour ont déposés, symbolisant leurs sentiments est assez insensé et irrespectueux, cependant, le fait de voir ces oeuvres de rues massives est devenues assez... encombrant ?
Bref passons.
Cet artiste n'avait en aucun droit l'autorisation de retirer les cadenas, car il fait ici un acte qui ne va que dans son sens de reflection, et à l'instar de ces objets metaliques, il se montre extrêmement fermé aux idées et traditions des autres.
Je ne peux cependant que reconnaître que ces cadenas gâche la vue.


À quand, les arbres de métal pour figer à jamais l'histoire de deux êtres sur ce pont des Arts ? (Bien que certains artistes ne semblent pas vraiment ouvert...)

Anonyme a dit…

c est trop beau ces cadenas faut vraiment etre très con pour les enlever je pensais pas qu il avait des gents con a ce point

Anonyme a dit…

Superbe, génial ! J'imagine tous les pauvres niaiseux qui pleurent leurs cadenas, héhéhéhéhéhé !

Anonyme a dit…

Bonjour,
C'est juste un petit merdeux avec une grosse tête vide, et le contraire d'un artiste; qui est de sublimer ce qui nous entoure, et de faire découvrir ou re découvrir.

Là il détruit un symbole, celui de l'amour, comment peut on être vide d'art à ce point, si il veut contester il à qu'a détruire la société dans son sens le plus brutal pas le plus doux.

A part faire de la peine à des gens heureux il n'a rien FAIT et celà dois surement bien résumer tout ses travaux "d'artiste", le rien, la nullitude, le comptemporain qui s'explique plus qu'il ne crée.

Anonyme a dit…

"Éric Besson"!!!! Énorme!

Anonyme a dit…

Mmh, premièrement, les cadenas ne gâchent pas la vue, pour ceux qui s'y sont déjà rendus.

Je trouve ça justement beau, de poser un cadenas symbolisant l'amour de deux personnes.

L'artiste n'avait aucun droit de prendre ces cadenas, surtout pas parce qu'il trouve cette idée "insensée et fleur bleue". Chacun sa vision de l'amour, mais si il parle comme ça, il n'a sûrement jamais vraiment ressenti ce sentiment.

Par ailleurs, la ville de Paris ne peut pas venir se plaindre, car ça reste quand même l'un des endroits les plus visités de cette ville, et des gens viennent de loin pour sceller leur amour sur ce pont.

Ce qui gêne, ce ne sont pas ces symboles, mais les dégradations autres, et ça par contre on les trouve malheureusement partout.

Alors avant de blâmer les amoureux qui soi disant "violent" un monument historique, faites quelques choses contre les taggeurs, non ? Car les cadenas partent d'une bonne intention.

Que vous le vouliez ou non, ça reste une des attractions les plus populaires de Paris.

Anonyme a dit…

Il faut quand même n'avoir pas plus de 12 ans d'âge mental pour "symboliser son amour" par un CADENAS sur un pont ! L'irrespect est bien celui de ces neuneus qui défigurent Paris et éclaboussent la ville de leurs bons sentiments en toc : surtout pas réfléchir, juste agir comme des moutons qui croient en une tradition ancienne alors qu'elle date d'il y a 5 ou 6 ans à peine. Par son geste soi-disant destructeur (alors que les cadenas commencent à fragiliser les structures des ponts, au-delà même du fait qu'ils enlaidissent profondément les perspectives sur la Seine et les monuments de Paris), l'artiste a mis en valeur ce que la mondialisation a de plus insupportable : la pandémie irrépressible de la bêtise.

Anonyme a dit…

La Passerelle des Arts était fort jolie , de loin, avec les grilles au travers desquelles on voyait la Seine au loin. A cause de ces horribles cadenas (dont la plupart célèbrent des amours enfuies depuis longtemps) c'est une barrière sans aucun charme que les Parisiens devraient tolérer? C'est une pollution visuelle qui doit disparaître au plus vite

Anonyme a dit…

Intéressant de voir l'évolution des mentalités : les premiers commentateurs dans l'ensemble blâmaient l'artiste (avec une violence peu raisonnable), et petit à petit on voit que le raz le bol contre ces cadenas l'emporte. Pour avoir vécu à Paris pendant cette période je comprends cette évolution : en 2010 les cadenas étaient quelque chose de nouveau. Ils étaient déjà assez nombreux mais cela restait raisonnable. Depuis, les barrières du pont sont devenues monstrueuses et cette nouvelle tradition ridicule. Quoi qu'il en soit, bravo à l'artiste visionnaire, qui a su anticiper l'évolution des mentalités et s'est révolté contre les cadenas bien avant les autres.